Impact de l’investissement en soins infirmiers sur les résultats pour les patients

Ana Luisa Van Innis

Ana Luisa Van Innis

Quality and Safety Officer – Paqs ASBL – Clos Chapelle-aux-Champs 30 – Bte 1.30.30 – 1200 Bruxelles – Belgique Autres articles de l'auteur dans Risques et qualité Articles dans PubMeb
Ana Luisa Van Innis

Impact de l’investissement en soins infirmiers sur les résultats pour les patients

Figures

Résumé

Association between nursing cost and patient outcomes in intensive care units: a retrospective cohort study of Belgian hospitals. Bruyneel Aa,b, Larcin Lc, Tack Ja,d, Van Den Bulke Ja, Pirson Ma

1- Health Economics – Hospital Management and Nursing Research Dept – School of Public Health – Université libre de Bruxelles – Bruxelles – Belgique
2- Centre hospitalier universitaire Tivoli – La Louvière – Belgique
3- Research Centre for Epidemiology, Biostatistics and Clinical Research – School of Public Health – Université Libre de Bruxelles – Bruxelles – Belgique
4- Department of Intensive Care – Erasme Hospital – Université Libre de Bruxelles – Bruxelles – Belgique

Intensive Crit Care Nurs 2022:103296. Doi : 10.1016/j.iccn.2022.103296


Introduction. Les hôpitaux disposant de meilleures ressources infirmières rapportent des résultats plus favorables pour les patients, sans pratiquement aucune différence de coût par rapport à ceux qui disposent de moins bonnes ressources infirmières. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’association entre le coût infirmier par unité de lit en soins intensifs et les résultats pour les patients (mortalité, réadmission et durée de séjour). Méthodologie. Il s’agissait d’une étude de cohorte rétrospective qui a utilisé les données recueillies dans les unités de soins intensifs de 17 hôpitaux belges du 1er janvier au 31 décembre 2018. Les hôpitaux ont été dichotomisés en utilisant le coût annuel médian des soins infirmiers par lit. Un total de 18 235 séjours en unité de soins intensifs a été inclus dans l’étude avec 5 664 séjours dans le groupe de soins infirmiers à faible coût et 12 571 dans le groupe de soins infirmiers à coût élevé. Résultats. Le taux d’outliers (données aberrantes) avec une durée de séjour élevée en unité de soins intensifs était significativement plus bas dans le groupe de soins infirmiers à coût élevé (9,2% vs 14,4%), comparativement au groupe de soins infirmiers à faible coût. Les réadmissions en unités de soins intensifs ne différaient pas significativement entre les deux groupes. La mortalité en unité de soins intensifs (9,9% vs 11,3%) et à l’hôpital (13,1% vs 14,6%) était plus basse dans le groupe de soins infirmiers à coût élevé. Le coût infirmier par unité de lit en soins intensifs était différent entre les deux groupes, avec un coût médian de 159,38 € [140,307-166,690] pour le groupe de soins infirmiers à faible coût et 214,03 € [198,094-230,058] pour le groupe de soins infirmiers à coût élevé. Dans l’analyse multivariée, la mortalité en unité de soins intensifs (OR=0,80 ; IC95 [0,69-0,92] ; p<0,0001), la mortalité à l’hôpital (OR=0,82 ; IC95 [0,72-0,93] ; p<0,0001), et le nombre de outliers avec une durée de séjour élevée (OR=0,48 ; IC95 [0,42-0,55] ; p<0,0001) étaient plus bas dans le groupe de soins infirmiers à coût élevé. Cependant, il n'existait pas de différence significative entre les deux groupes en ce qui concerne les réadmissions en soins intensifs (OR=1,24 ; IC95 [0,97-1,51] ; p>0,05). Conclusion. Cette étude révèle que des soins infirmiers à coût plus élevé sont associés à des taux de mortalité significativement plus faibles en unité de soins intensifs et à l’hôpital, ainsi qu’à un nombre plus bas d’outliers avec une durée de séjour élevée, mais n’ont pas d’impact significatif sur les réadmissions en unité de soins intensifs.

Abstract

Introduction. Hospitals with better nursing resources report more favourable patient outcomes with almost no difference in cost as compared to those with worse nursing resources. The aim of this study was to assess the association between nursing cost per intensive care unit bed and patient outcomes (mortality, readmission, and length of stay). Methodology. This was a retrospective cohort study using data collected from the intensive care units of 17 Belgian hospitals from January 01 to December 31, 2018. Hospitals were dichotomized using median annual nursing cost per bed. A total of 18,235 intensive care unit stays were included in the study with 5,664 stays in the low-cost nursing group and 12,571 in the high-cost nursing group. Results. The rate of high length of stay outliers in the intensive care unit was significantly lower in the high-cost nursing group (9.2% vs 14.4%) compared to the low-cost nursing group. Intensive care unit readmission was not significantly different in the two groups. Mortality was lower in the high-cost nursing group for intensive care unit (9.9% vs 11.3%) and hospital (13.1% vs 14.6%) mortality. The nursing cost per intensive care bed was different in the two groups, with a median [IQR] cost of 159.387€ [140.307–166.690] for the low-cost nursing group and 214.032€ [198.094–230.058] for the high-cost group. In multivariate analysis, intensive care unit mortality (OR=0.80, 95% CI: 0.69-0.92, p<0.0001), in-hospital mortality (OR=0.82, 95% CI: 0.72-0.93, p<0.0001), and high length of stay outliers (OR=0.48, 95% CI: 0.42-0.55, p<0.0001) were lower in the high-cost nursing group. However, there was no significant effect on intensive care readmission between the two groups (OR=1.24, 95% CI: 0.97-1.51, p>0.05). Conclusions. This study found that higher-cost nursing per bed was associated with significantly lower intensive care unit and in-hospital mortality rates, as well as fewer high length of stay outliers, but had no significant effect on readmission to the intensive care unit.

Article

Copyright : © Health & Co 2022.